Résidences america

La Résidence America 2012 - Karla SUAREZ

Karla Suarez est née à La Havane en 1969. Elle est ingénieur en informatique et vit actuellement à Lisbonne. Elle est l’auteur de Tropique des silences, prix du Premier Roman en Espagne et de La Voyageuse, tous publiés aux Editions Métailié.

 

Son dernier livre :

La Havane année zéro [Todos mienten]

Paru aux éditions Métailié en avril 2012

Traduit par François Gaudry

 

Cuba, 1993. C’est la crise. Julia navigue entre trois hommes. Curieusement, tous sont fascinés par l’histoire d’un Italien émigré à La Havane qui aurait inventé le téléphone avant Graham Bell. Tous mentent, par jeu, par intérêt, par ennui et Julia cherche alors à démêler le vrai du faux, tout en pratiquant la survie active et quotidienne dans un pays au bord du gouffre. Karla Suárez met en scène avec brio une société épuisée, à court de vivres et de rêves, où chacun s’efforce cependant de garder intact tout ce qui peut rendre la vie supportable : l’amour, l’amitié, l’avenir…

 

« Karla Suarez insuffle l’énergie de la survie, l’humour, l’envie de rêver, de faire l’amour, dans la lignée des chefs-d’œuvre nés du manque, du désastre. » Marie-Claire

Karla Suarez est le cinquième auteur en résidence à Vincennes, de septembre à fin décembre 2012. Cette résidence est issue d’un partenariat Ville de Vincennes-Association Festival America.

 

Les chroniques de Karla Suárez durant sa résidence

Chronique 1 - VF

L’après-midi où l’on enferma au château le duc de Beaufort, celui-ci dit aux gardiens qu’il n’était pas inquiet, car il avait à l’esprit quarante façons différentes de s’échapper.

Lire la suite

Chronique 1 - VO

La tarde en que al duque de Beaufort lo encerraron en el castillo, él dijo a los guardias que no estaba preocupado, porque tenía pensadas cuarenta maneras distintas de escapar.

Lire la suite

 

Chronique 2 - VF

Très jeune, j’ai pris l’habitude d’écrire la nuit. L’après-minuit, c’était l’heure des chats, mon heure aussi, car c’était le seul moment de la journée où régnaient le calme et le silence. Dire silence, dans les Caraïbes, c’est comme parler une langue étrangère.

Lire la suite

Chronique 2 - VO

Cuando yo era muy jovencita tomé por costumbre escribir de noche. La madrugada era la hora de los gatos y mía, porque era el único momento de la jornada donde reinaban la calma y el silencio. Decir silencio en una isla caribeña es como hablar en otro idioma.

Lire la suite

 

Chronique 3 - VF

À mon arrivée à Vincennes, la première chose que j’ai faite a été d’emprunter à un ami son vélo. Je n’avais jamais eu l’occasion de rester ici toute une saison, aussi n’avais-je pas parcouru la ville à bicyclette et, à mon sens, il n’est de meilleure façon de découvrir un quartier qu’en pédalant dans ses rues.

Lire la suite

Chronique 3 - VO

Lo primero que hice cuanto llegué a Vincennes fue pedirle prestada la bici a un amigo. Nunca antes había tenido la posibilidad de pasar una temporada aquí, por tanto no había recorrido la ciudad en bicicleta y, para mí, no hay mejor forma de conocer un sitio que pedaleando por sus calles.

Lire la suite

 

 

Top